l'association rapport d'activité 2016 mise à 2x2 voies de la D769 projet de concassage à Kerustantin tous les dossiers liens     contact

Enquêtes publiques

 

 
plan d'exposition au bruit de l'aérodrome de Lann Bihoué
(enquête publique, décembre 2016)

Ce plan ne concerne qu’une petite partie du territoire et de la population de la commune. 

Dans cette zone, classée C bruit modéré, tout nouveau lotissement ou tout nouvel immeuble d’habitation est interdit. Les constructions individuelles non groupées en secteur déjà urbanisé sont autorisées « si elles n’entraînent qu’un faible accroissement » du nombre d’habitants. Les opérations de rénovation, extension, reconstruction sont autorisées « sous réserve de ne pas accroître la capacité d’accueil d’habitants ». En cas de vente ou de location d’un bien immobilier, l’information de l’acquéreur ou du locataire est obligatoire. Les bâtiments à usage commercial ou industriel ne sont pas concernés. Le PLU de la commune devra être amendé pour y intégrer ces règles.

" Il n’y a pas actuellement de vraie gêne liée au trafic aérien, sauf lorsque les avions Rafale sont à Lann Bihoué pour faire des exercices d’appontage simulé sur piste. Il est nécessaire que la présence de ces avions soit la plus réduite possible.

Si le trafic – militaire et civil – venait à croître, il conviendrait d’élaborer un plan de gêne sonore, ouvrant droit à une aide pour l’insonorisation des logements."  

synthèse de l'enquête publique et avis des commissaires-enquêteurs

   
élevage porcin à Pont-Scorff 
(enquête publique, décembre 2014)
" Tout en comprenant la volonté d’un agriculteur d’améliorer son outil de travail et de pérenniser son exploitation, l’association

s’interroge sur le modèle d'agriculture auquel se réfère ce projet : 4700 porcs, 7610 m3 de lisier, 310 tonnes de fumier par an : c’est énorme pour une seule ferme ! Ce modèle agricole polluant, peu efficace en termes de revenus et de création d’emplois, est aujourd'hui largement remis en cause.

s’inquiète des répercussions qu’aura cette extension sur le bassin versant du Scorff. Malgré l’extension des surfaces d’épandage, le plus que doublement du nombre d’animaux aura pour conséquence une augmentation de la pression moyenne par hectare de SDN, passant de 128 à 138 unités pour l’azote et de 77 à 79 pour le phosphore. Aucune station de pompage pour la production d’eau potable n’existe certes en aval de l’exploitation, mais on ne peut arguer de cette localisation pour accepter une production accrue de nitrates dont les excédents se répandront en cas d'erreurs, d'inattention, ou de démarches fautives. Ils gagneront la rade de Lorient et la mer ; or on sait que les fortes teneurs en nitrate sont une cause majeure de la détérioration des eaux marines littorales et de la prolifération estivale des algues.

-  regrette que le dossier ne comporte pas une cartographie des plans d’épandage actuellement en cours sur chaque commune, ce qui permettrait de mieux visualiser l’impact des épandages de cette exploitation.

-  demande un strict respect de la réglementation concernant les périodes d’épandage et la distance vis-à-vis des cours d’eau et des habitations, notamment sur la parcelle située sur la commune de Caudan près de l’étang de Kersalo et des maisons de Kermoisan.

s’interroge sur le contrôle des dispositions prises, dont l’absence peut ouvrir la porte aux erreurs ou aux approximations."